• Damien

Sofitel Winter Palace Louxor - Egypte

Mis à jour : 9 mai 2019

Please let me spleen!

Ce matin réveil à 9h30 et départ pas avant 11h45 de l’hôtel, on a besoin de dormir un peu. Comme Mariane me dira à Louxor: « C’est aussi les vacances! ».

On profite donc de l’hôtel et du petit déjeuner pour se relaxer. On vient aussi de se rendre compte qu’on va devoir modifier la fin de notre séjour. On prend le vol dans la nuit de vendredi à samedi, et non samedi à dimanche. On réserve donc un vol Luxor- Le Caire plutôt que de faire le retour en train couchette.


Notre chauffeur et le guide nous attendent de l’autre coté de l’embarcadère. Direction Louxor avec la visite de deux temples en chemin.

La route est bien moins bonne que celle qui mène à Abou Simbel. Il y a des dos-d’âne tous les 200 mètres et on se rend compte que le chauffeur s’agace de plus en plus d’y faire taper la voiture.

Après quelques heures de route, premier arrêt au Temple de Sobek et Haoeris, ou Temple de Kom Ombo.



Le lieu est en travaux à notre arrivée donc on peut pas dire que nous avons le souffle coupé. Cependant, en empruntant le chemin, après que notre chauffeur nous ai déposé, on aperçoit le Nil en contrebas du temple. Nous apercevons de grandes terrasses presque vides au bord de l’eau. Pas difficile d’imaginer qu’à la grande époque du tourisme égyptien, ces terrasses étaient bondées de touristes. Il s’agit d’un arrêt indispensable de la descente du Nil en croisière.

Le temple est ouvert aux quatre vents. Il est en ruine mais nous apprécions les quelques explications de notre guide sur ce lieu et son histoire.

Une explication sur le Nilomètre nous est donnée. Il s’agit en fait d’un puit qui permet de mesurer la hauteur du Nil et qui était la référence de l’impôt à l’époque pharaonique.

En effet, en cas de sécheresse du Nil (-7m environ), l’impôt n’était pas demandé car ils considéraient que les cultures ne permettaient pas à la population de subvenir aux besoin du fait de la mauvaise irrigation des champs.


Nous visitons ensuite sur place le musée des crocodiles, animal représentant Sobek.

Sobek est le dieu de la fertilité.

Certains de ces crocodiles ont été momifiés. C’est original ;-)


Direction Edfu et son temple, la visite est très agréable car le soleil tape mais pas trop. On déguste ces derniers moments en Egypte, encore et toujours à la découverte de cette civilisation énigmatique. Je passe les détails sur la visite du site car, au même titre, que les autres temples, nous restons bouche-bée devant ces monument érigés pour le culte égyptien. Ici, c’est à Horus, homme à la tête de faucon, que l’on voue un culte.

Arrivée au Sofitel Winter Palace de Louxor… Cet hôtel est complètement fou! Je regrette le jardin botanique d’Assouan quand on voit ce jardin.

Construit en 1886 par des explorateurs britanniques, il offre une vue sublime sur le Nil.

Nous profitons du soleil couchant sur la terrasse de notre chambre avec en toile de fond le Nil et la vallée des rois, que nous allons visiter demain.


Un diner dans le parc de l’hôtel en tête à tête, puis direction notre chambre pour être en forme demain. On a un vol à prendre.

0 vue

© 2017 par Damien Catala

  • Black Instagram Icon

dc

reportages